L'histoire de la laine

list Dans: Blog Sur: comment Commentaire: 0 favorite Frappé: 528

L’origine de laine…

La laine est une fibre d’origine animale qui n’est autre que les poils provenant de la tonte de certaines espèces. Les qualités peuvent varier en fonction de l’animal et son environnement.

Il existe de nombreuses espèces de moutons qui vont donner des laines à caractéristiques variées. En fait la laine est une fibre complexe composée de Kératine qui peut être pluricellulaire et recouverte d’écailles. Selon la race, du mouton, la fibre peu changée et la forme des cellules peuvent être différentes. Par exemple, la Mérinos est constituée de deux types de cellules, certaines sont fines et petites et les autres sont de tailles plus importantes. Une fois que ces fibres se mélangent elles donnent des ondulations ce qui caractérise le Mérinos. Celles-ci seront la laine la plus fine que l’on peut trouver chez les moutons. D’autres espèces produisent une laine moyenne de 125 à 300 mm de longueur, et d’autres auront une longue de 200 mm tels que les moutons anglais Leicester et Lincoln.

La petite histoire…

Tout commence à la préhistoire – 10 000ans avant J-C en Asie Mineure. Le mouton est utilisé pour la nourriture, le vêtement et l’abri. Avant l’invention des cisailles – probablement pendant l’âge du fer – la laine est arrachée à la main ou par des peignes en bronze.

En 2 500 av. J.-C, les métiers à tisser autour de la Méditerranée produisent des tissus exceptionnellement fins. Les draps des tombeaux égyptiens affichent une filature et un tissage jusqu’à 100 fils par cm. La mobilité des moutons permet donc aux Perses, aux Grecs et aux Romains d’introduire les moutons et leur laine dans toute l’Europe. À l’époque romaine, la laine, le lin et le cuir sont les principales matières premières des vêtements de la population européenne. Les Romains apprécient particulièrement les compétences en tissage des Britanniques. L’établissement de fabriques de laine romaines à Winchester, en Angleterre, en 50 av. J.-C., aide les Britanniques à améliorer leurs méthodes qui utilisent des métiers à tisser verticaux ; la chaîne est alors tendue entre deux barres horizontales. Ils sont encore utilisés de nos jours pour la tapisserie, par exemple. Leur laine devient supérieure aux autres grâce à un élevage sélectif.

À l’époque médiévale, à mesure que les échanges commerciaux, le réseau développé par les foires annuelles s’étendent en Afrique du Nord, en Grèce et jusqu’en Egypte. Pendant le XIIe siècle, le tissage à Florence, Gênes et Venise est stimulé par la conquête normande de la Grèce. Au cours des années 1200, une plus grande mécanisation est introduite dans la production de tissu sous la forme de moulins à eau servant à battre ou fouler la laine tissée : le foulon. Le foulon est utilisé pour dégraisser et assouplir la laine en resserrant les fils après le tissage. Pour le métier à tisser, des pédales sont utilisées pour soulever tour à tour un certain nombre de lisses différentes, c’est-à-dire des cadres différents, afin d’obtenir des motifs plus complexes. Cette invention est probablement d’origine chinoise. Quant au moyen de passer le fil de trame dans la foule, il reste le même pendant longtemps : on utilise une navette renfermant le fil de trame, pour le faire glisser à la main dans la foule, ce qui limite de fait la largeur de l’ouvrage. Pour réaliser de grandes pièces, deux tisserands doivent se passer la navette.

Au XIIIe siècle, le commerce de la laine devient le moteur économique des Pays-Bas et de l’Italie centrale. Avant la Renaissance, les Médicis et d’autres grandes maisons bancaires de Florence construisent leur patrimoine et leur système bancaire sur leur industrie textile à base de laine, contrôlée par l’Arte della Lana, la guilde de la laine. À la fin du XIVe siècle, l’Italie prédomine, bien que la production italienne se tourne vers la soie au XVIe siècle.

Tout comme l’Espagne, l’Angleterre gèle ses frontières aux exportations de laine brute. En 1377, le roi d’Angleterre Edward III, « le marchand de laine royale », arrête les importations de produits tissés et le tissage domestique des laines étrangères et invite les tisserands flamands à fuir l’invasion espagnole pour s’installer en Angleterre. L’industrie de la laine en Angleterre culmine pendant le règne du roi Henri VIII (1509-47). Il saisit les troupeaux des monastères et les redistribuent aux favoris de la Cour. Cela pousse les bergers sans emploi à immigrer en Amérique. En 1660, les exportations de textiles en laine représentent deux tiers du commerce extérieur de l’Angleterre.

En Espagne, le commerce de laine permet de financer les voyages de Christophe Colomb et des conquistadors. Christophe Colomb apporte des moutons à Cuba et à Santo Domingo lors de son deuxième voyage en 1493, et Cortez emmène leur descendance lorsqu’il explore ce qu’est maintenant le Mexique et le sud-ouest des États-Unis. Les Navajos et d’autres tribus indiennes du sud-ouest sont célèbres encore aujourd’hui pour leurs magnifiques tapis de laine et des tentures murales colorées. Afin de préserver ses sources de revenus, l’Espagne instaure la peine de mort à quiconque exporte des moutons jusqu’en 1786.

Source :

http://www.stefanegirard.fr/histoire-et-origine-de-la-laine-i

https://www.princessefoulard.com/blog/tissu/laine/origine-laine

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre

Nouveau compte S'inscrire